Violences conjugales : un « devoir » au Moyen Age, inacceptables au XXIe siècle